3 rue du Chêne Germain
35576 Cesson Sévigné Cedex

BENDAVID-ATHIAS Rennes sénologue

Reconstruction mammaire : rencontre avec le Dr Bendavid-Athias

10 Oct.

En France, selon le site cancerdusein.org, 52 000 femmes sont touchées par le cancer du sein. Selon les traitements prodigués et le stade du cancer, l’ablation du ou des seins est une étape douloureuse mais obligatoire pour certaines femmes. Suite à cette opération ou lors du diagnostic, certaines femmes font appel à la reconstruction mammaire. Le Dr Bendavid-Athias, chirurgien sénologue nous explique en quoi consiste cette prise en charge qui, selon elle, « permet très souvent à ces femmes de reprendre confiance en soi et leur permet de retrouver une certaine liberté d’être ».

La reconstruction mammaire qu’est-ce que c’est ?

Dr Bendavid-Athias: « la reconstruction mammaire est un choix personnel.

On entend par reconstruction mammaire une réhabilitation qui rapporte un volume et une forme qui se rapprocherait au mieux de l’autre sein, sans jamais en être identique. Cette reconstruction mammaire est possible chaque fois qu’une ablation totale du sein est indiquée.

Cette opération peut être réalisée dans le même temps que l’opération de l’ablation du sein. Elle peut être également réalisée « en différé » c’est à dire, suite à l’ablation. »

Reconstruction mammaire : des techniques chirurgicales multiples

Dr Bendavid-Athias :  » Il existe 3 types de techniques :

  • les techniques utilisant une prothèse en silicone
  • les techniques dites « autologues » : consistent à utiliser les tissus de la patiente pour la reconstruction.

Par exemple, la reconstruction par muscle du grand Dorsal.

Le principe est de prélever une proportion de la peau du dos, le muscle du grand dorsal (dans sa totalité ou partiellement)  ainsi que le tissu graisseux autour. L’ensemble est transféré sous la peau du thorax tout en restant vascularisé par ses vaisseaux. Le volume du sein est ainsi recréé par ses propres tissus. Il s’agit d’une technique fiable, avec peu de contre-indication. »

  • les techniques utilisant à la fois les propres tissus et une prothèse
  • les techniques de symétrisation : concernent le sein controlatéral (autre sein) que l’on réduit, remonte et augmente, en fonction du sein reconstruit

La chirurgie prophylactique pour les femmes à haut risque de cancer du sein

La chirurgie prophylactique est une chirurgie préventive. Elle consiste à retirer la glande mammaire qui est susceptible de tomber malade. Dans ce cas, la peau du sein, et souvent l’aréole et le mamelon sont conservés et une reconstruction mammaire dans le même temps que l’ablation du sein (mammectomie totale) est réalisée. La technique de reconstruction dans ce cas la plus utilisée est la reconstruction par prothèse.

Dr Bendavid-Athias : « c’est un geste radical qui concerne les femmes à haut risque de cancer du sein. Ces patientes ont généralement de nombreux cancers dans la famille voire une mutation génétique (BRCA1, BRCA2, PALB2).

La décision de cette chirurgie préventive doit être bien sûr mûrement réfléchie,  lorsqu’elle est proposée par le médecin oncogénéticien  (médecin spécialisé dans les anomalies génétiques responsables de cancers.). Un délai de 6 mois minimum est justifié entre le diagnostic de l’anomalie génétique ou du haut risque de cancer du sein et la décision de l’intervention.

Durant ces 6 mois, un avis auprès d’un psychologue est souvent préconisé, de même qu’un échange avec une femme ayant eu un parcours similaire. Plusieurs associations proposent des rencontres et des conférences dont Géneticancer et BRCA2France.

« Une reconstruction mammaire se fait étape par étape » Dr Bendavid-Athias

Le premier pas vers la reconstruction repose sur une consultation avec un chirurgien spécialisé en chirurgie du sein. Ensemble, les objectifs, les limites et les possibilités techniques de reconstruction seront évoqués jusqu’à proposer un plan personnalisé.

Un temps de réflexion est souvent nécessaire, voire un deuxième avis.

Plusieurs chirurgies sont en général nécessaires (entre 2 à 6) selon les techniques définies et les attentes des patientes.

La reconstruction de l’aréole et du mamelon (téton) se fait souvent en dernière étape, sous anesthésie locale. La possibilité de reconstruction par tatouage en 3D est également possible.

Dr Bendavid-Athias : « la reconstruction mammaire est un choix personnel. Certaines femmes ressentent une perte de l’intégrité corporelle, de la féminité, une perte de la symétrie, ou encore ont la crainte du regard des autres. Cette prise en charge est aussi une façon pour certaine de tourner la page de leur maladie. »

Pour en savoir plus consultez le site www.chirurigedusein-rennes.fr

© 2019 HP Sévigné // Groupe Vivalto Santé // Création Gosselink